CONDITIONS DE RECRON

Ces conditions RECRON ont été adoptées après consultation du Consumentenbond et de l'ANWB, dans le cadre des consultations d'autorégulation « Coördinatiegroep Zelfreguleringsoverleg » (CZ) du conseil socio-économique SER, et elles sont entrées en vigueur le 1er juillet 2016.

Article 1 : Définitions

Dans ces conditions, les définitions suivantes s'appliquent :

  1. Logement de vacances : tente, camping-car dépliant, camping-car, caravane (permanente), bungalow, maison

    d'été, cabane de randonnée, etc. ;

  2. Entrepreneur/récréateur : l'entreprise, l'institution ou l'association,

    qui met le logement de vacances à la disposition

    du vacancier;

  3. vacancier : la personne qui conclut l'accord concernant

    le logement de vacances ;

  4. co-bénéficiaire du vacancier : la ou les personnes co-indiquées

    sur l'accord ;

  5. tiers : toute autre personne que le vacancier

    ou son ou ses co-bénéficiaires du vacancier ;

  6. prix établi : l'indemnité qui est versée pour l'utilisation du

    logement de vacances ; Il doit donc être indiqué sur une liste de prix ce qui est et ce qui n'est pas inclus dans le prix ;

  7. coûts : tous les coûts pour l'entrepreneur liés à l'exercice de l'activité récréative ;

  8. informations : informations écrites/électroniques sur l'utilisation du logement de vacances, les installations et les règles concernant le logement ;

  9. comité d'arbitrage : « Geschillencommissie Recreatie », comité d'arbitrage sectoriel à La Haye, désigné par ANWB/Consumentenbond/ RECRON ;

  10. annulation : la résiliation écrite de l'accord par le vacancier avant la date effective du séjour.

  11. un litige : si une plainte déposée par le vacancier auprès de l'entrepreneur n'est pas résolue à la satisfaction des parties.

Article 2 : Accord sur le contenu

  1. L'entrepreneur met à la disposition du vacancier, à des fins récréatives, c'est-à-dire non pour une résidence permanente, un logement de vacances du type ou de la nature convenue, pour la période et le prix établis.

  2. L'entrepreneur est tenu de fournir à l'avance au vacancier les informations écrites sur la base desquelles cet accord est également conclu. L'entrepreneur communique toujours par écrit et en temps utile les modifications apportées à cet accord au vacancier.

  3. Si les informations s'écartent sensiblement de celles qui ont été fournies lors de l'adoption de l'accord, le vacancier a le droit d'annuler l'accord sans frais.

  4. Le vacancier a l'obligation de respecter l'accord et les informations qui s'y rapportent. Il s'assure que le ou les vacanciers ou les tiers qui lui rendent visite ou séjournent chez lui respectent l'accord et les informations associées.

  5. Si ce qui est stipulé dans l'accord ou les informations associées est en conflit avec les conditions RECRON, les conditions RECRON s'appliquent. Le vacancier et l'entrepreneur peuvent alors prendre des dispositions supplémentaires pour déroger aux conditions RECRON à l'avantage du vacancier, sans que cela n'ait d'incidence sur les conditions RECRON.

Article 3 : Durée et fin de l'accord

L'accord se termine légalement après l'expiration du délai fixé, sans qu'un préavis soit nécessaire à cet effet.

Article 4 : Prix et variation des prix

1. Le prix est établi sur la base des taux applicables à ce moment, qui sont fixés par l'entrepreneur.

2. Si, après la détermination du prix fixé, en raison de la charge accrue pesant sur l'entrepreneur, des coûts supplémentaires surviennent à la suite d'une modification des charges ou des prélèvements, qui concernent directement le logement de vacances ou le vacancier, ceux-ci peuvent être répercutés sur le ce dernier, même après la conclusion de l'accord.

Article 5 : Paiement

1. Le vacancier doit s'occuper des paiements en euros, sauf convention contraire, dans le respect des conditions établies.

2. Si le vacancier, malgré un avertissement écrit préalable, ne remplit pas ou pas suffisamment son obligation de paiement dans un délai de deux semaines après l'avertissement écrit, l'entrepreneur a le droit de résilier le contrat avec effet immédiat, sans préjudice du droit de l'entrepreneur au règlement intégral du prix fixé.

3. Si l'entrepreneur n'est pas en possession du montant total dû le jour de son arrivée, il a le droit de refuser au vacancier l'accès au logement de vacances, sans préjudice du droit de l'entrepreneur au règlement intégral du prix établi.

4. Les frais extrajudiciaires raisonnablement encourus par l'entrepreneur, après mise en demeure, sont à la charge du vacancier. Si le montant total n'est pas réglé dans les délais, après mise en demeure écrite, le taux d'intérêt légalement déterminé sera appliqué au montant encore dû.

Article 6 : Annulation

1. En cas d'annulation, le vacancier verse une indemnité à l'entrepreneur. Elle s'élève à :
- En cas d'annulation plus de trois mois avant

la date d'entrée en vigueur, 15 % du prix établi ;
- En cas d'annulation entre trois et deux mois avant la date d'entrée en vigueur, 50 % du prix établi ;

- En cas d'annulation entre deux et un mois avant la date d'entrée en vigueur, 75 % du prix établi ;

- En cas d'annulation dans le mois précédant la date d'entrée en vigueur, 90 % du prix établi ;

- En cas d'annulation à partir de la date d'entrée en vigueur, 100 % du prix établi.

2. L'indemnité sera remboursée proportionnellement, après déduction des frais administratifs, si la place est réservée par un tiers, sur proposition du vacancier et avec l'autorisation écrite de l'entrepreneur, pour la même période ou une partie de celle-ci.

Article 7: Utilisation par des tiers

1. L'utilisation du logement de vacances par des tiers n'est autorisée que si l'entrepreneur a donné son accord écrit à cet effet.

2. L'octroi de l'autorisation peut être soumis à des conditions qui, dans ce cas, doivent être préalablement établies par écrit.

Article 8 : Départ anticipé du vacancier

Le vacancier doit payer le prix total de la période tarifaire établie.
Article 9 : Résiliation prématurée par l'entrepreneur

et évacuation en cas de manquement coupable

ou d'acte illégitime

1. L'entrepreneur peut annuler l'accord avec effet immédiat :
a. Si le vacancier, le(s) bénéficiaire(s) du vacancier ou le tiers

v er en ig in g v a n r ec r ea t ieo n d er n emer s n ed er l a n d

Parties

parties

vakantieverblijven

ne respectent pas ou ne respectent pas suffisamment les obligations découlant de l'accord, des informations associées ou des réglementations gouvernementales, en dépit d'un accord écrit préalable, et dans une mesure telle que, selon les normes de motivation et d'équité, il ne peut être exigé de l'entrepreneur que l'accord soit poursuivi ;

b.Si, malgré un avertissement écrit préalable, le vacancier perturbe l'entrepreneur ou les autres vacanciers ou la bonne ambiance dans les locaux ou à proximité immédiate de ceux-ci ;

c. Si le vacancier, malgré un avertissement écrit préalable, utilise le logement de vacances en violation de l'utilisation finale des locaux.

  1. Si l'entrepreneur souhaite une annulation et une évacuation prématurées, il doit en informer le service des loisirs en remettant personnellement un avis écrit. Dans cette lettre, il doit signaler au vacancier la possibilité de soumettre le litige à la commission d'arbitrage. L'avis écrit peut être omis dans les cas urgents.

  2. Après l'annulation, le vacancier doit s'assurer que le logement de vacances est évacué et que les locaux ont été évacués le plus rapidement possible, mais au plus tard dans les 4 heures.

  3. Le vacancier reste en principe tenu de payer le tarif établi.

Article 10 : Législation et réglementation

  1. L'entrepreneur s'assure à tout moment que le logement de vacances, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur, répond à toutes les normes environnementales et de sécurité qui sont (potentiellement) imposées au logement de vacances par les autorités.

  2. Le vacancier est tenu de respecter strictement toutes les règles de sécurité en vigueur dans les locaux. Il veille également à ce que les co-bénéficiaires du vacancier ou les tiers qui lui rendent visite ou séjournent chez lui respectent strictement les règles de sécurité en vigueur dans les locaux.

Article 11 : Entretien et installation

  1. L'entrepreneur est tenu de maintenir les locaux de loisirs et les installations centrales dans de bonnes conditions.

  2. Le vacancier est tenu de maintenir le logement de vacances et ses environs immédiats, pendant la durée effective de l'accord, dans l'état dans lequel il lui a été remis.

  3. Il est interdit au vacancier, aux co-vacanciers ou aux tiers de creuser, d'abattre des arbres, de tailler des arbustes ou de mener toute autre activité de ce type sur les lieux.

Article 12 : Responsabilité

  1. La responsabilité légale de l'entrepreneur pour les dommages autres que ceux liés aux blessures et au décès est limitée à un maximum de
    455 000 € par événement. L'entrepreneur est tenu de souscrire une assurance à cet effet.

  2. L'entrepreneur n'est pas responsable d'un accident, d'un vol ou d'un dommage survenu dans ses locaux, sauf si cela résulte d'un manquement qui lui est imputable.

  3. L'entrepreneur n'est pas responsable des conséquences de conditions météorologiques extrêmes ou d'autres formes de force majeure.

  4. L'entrepreneur est responsable des dysfonctionnements des installations d'utilité publique, sauf s'il peut invoquer un cas de force majeure.

  5. Le vacancier est responsable envers l'entrepreneur des dommages causés par les actes ou omissions de sa part, de la part du ou des co-bénéficiaires du vacancier ou de tiers, dans la mesure où il s'agit de dommages qui peuvent être attribués au vacancier, au(x) co-bénéficiaire(s) du vacancier ou à des tiers.

  6. L'entrepreneur s'engage à prendre les mesures appropriées dès que le vacancier signale des perturbations causées par d'autres vacanciers.

Article 13 : Règlement des litiges

  1. Le vacancier et l'entrepreneur sont liés par les décisions du comité d'arbitrage.

  2. Pour tout litige concernant l'accord, la législation néerlandaise est applicable. Le comité d'arbitrage, la Geschillencommissie, ou un tribunal néerlandais, est exclusivement compétent pour connaître de ces litiges.

  3. En cas de litige concernant l'adoption ou l'application du présent accord, le litige doit être soumis au plus tard 12 mois après la date à laquelle le vacancier a soumis la plainte à l'entrepreneur par écrit ou sous une autre forme à déterminer par le comité d'arbitrage.

    Si l'entrepreneur souhaite soumettre un litige à la commission d'arbitrage, il doit demander au vacancier de se prononcer dans un délai de cinq semaines sur son désir de se présenter ou non à la commission d'arbitrage. L'entrepreneur doit ainsi annoncer qu'il se considérera comme libéré à l'expiration de ce délai.

Chaque fois que les conditions parlent de comité d'arbitrage, un litige peut être soumis à la cour de justice. Si le vacancier a soumis le litige à la commission d'arbitrage, l'entrepreneur est lié par ce choix.

  1. Pour le traitement des litiges, on se réfère au règlement de ladite « Geschillencommissie Recreatie ». Cette commission d'arbitrage n'est pas compétente pour prendre en considération un litige concernant une maladie, une blessure, un décès ou un défaut de paiement d'une facture qui n'est pas basé sur une plainte matérielle.

  2. Pour le traitement d'un litige, une indemnité doit être versée.

Article 14 : Garantie de conformité

  1. RECRON soutiendra les obligations d'un membre de RECRON vis-à-vis du vacancier, imposées à ce dernier par un avis contraignant de la commission d'arbitrage, dans les conditions établies entre RECRON et la « Stichting Geschillencommissie voor Consumentenzaken », si l'entrepreneur en question ne s'y est pas conformé dans le délai fixé pour lui dans l'avis contraignant.

  2. Si l'entrepreneur a soumis l'avis contraignant pour évaluation au tribunal civil dans les deux mois suivant sa date d'émission, le respect éventuel de l'avis contraignant est alors suspendu jusqu'à ce que le tribunal civil ait rendu une décision.

  3. Pour l'application de la garantie de conformité, il est nécessaire que le vacancier fasse un appel écrit auprès de RECRON.

Article 15 : Modifications

Les modifications des conditions RECRON peuvent être adoptées exclusivement par consultation des organisations de consommateurs, en l'occurrence représentées par ANWB et Consumentenbond.